Parcourir Tag

look

Mode

L’évidence de l’hiver, le tailleur pantalon

19 octobre 2018

Cet article est écrit en parallèle avec une chronique (la seconde) que je réalise pour France 3 Corse Via Stella. Le lien de l’émission est à retrouver en bas de l’article, vous allez me voir un peu destabilisée, butée sur des mots mais surtout prendre beaucoup de plaisir ;). Et voici ma 1ère chronique si ça vous intéresse !

N’hésitez pas à me suivre sur Instagram, pour découvrir les coulisses des chroniques, mes inspirations et mes moments créatifs !

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler d’une tendance que je vois depuis quelques mois et que j’aime follement, c’est le tailleur pantalon.

Il revient en force cet hiver mais c’est difficile de nier l’histoire féministe qu’il y a autour de cet ensemble. Dans les années 60, Yves Saint Laurent crée le premier smoking pour femme. C’est une révolution pour l’époque, puisque il était interdit aux femmes d’aller travailler en pantalon. D’ailleurs, Françoise Hardy arborant un smoking noir lors d’un soirée à l’Opéra garnier,  se fera siffler à l’entrée et à la sortie. Il faudra attendre quelques mois pour que ces 2 pièces deviennent un symbole de libération féminine (et féministe) et un vrai succès commerciale dans le prêt à porter.

Ce n’est pas pour rien que Pierre Bergé dira que « Chanel a libéré la femme, Saint Laurent leur a donné le pouvoir » .

 

Comment porter le tailleur pantalon ?

Contrairement à ce qu’on a pu voir il y a quelques années, aujourd’hui la tendance est aux formes larges et amples. La veste se veut longue et plutôt loose, assez masculine et le pantalon taille haute et droit voir évasé en bas ! Vous pouvez même le porter plus court, comme celui que je porte aujourd’hui !

Pour le choix du tissu, vous pouvez jouer la carte de l’uni, noir, bleu marine (comme le mien) ou rose (très présent cette année) ou sinon osez l’imprimé. J’aime beaucoup les tailleurs bleu marine avec des rayures très fines blanches mais l’imprimé prince de galles est le must have cet hiver. Il y a aussi le fleuri que j’aimerais beaucoup (oser) porter !

Quel style adopter ?

Le plus évident c’est de l’associer à une chemise, un chemisier avec des escarpins/bottines. Il faut juste faire gaffe de ne pas tomber dans le classique si ce n’est pas l’effet recherché. Le plus pointue selon moi, c’est le porter très ample, pantalon plus court, et l’associer avec des baskets et un t-shirt (ou un polo, violet pour moi) pour un orientation vraiment street. La combinaison qui me ressemble le plus c’est l’association de pièces classiques comme des bottines, et un top dentelle avec un accessoire plus street comme un sac à dos (comme sur la photo ci-dessus). J’ai trouvé cette petite merveille dans une boutique Parfois. Bizarrement, je n’ai pas trouvé la référence (pourtant achetée cette rentrée) sur le site mais je pense que vous trouverez tout de même votre bonheur, il y a un joli choix !

Où acheter un tailleur pantalon ?

Favorisez un costume de qualité, n’hésitez à y mettre un peu le prix… Si vous n’avez pas trop les moyens, tournez vous vers le vintage, vous trouverez (comme toujours) des merveilles aussi ! Les marques corses se mettent aussi à la tendance puisque le costume que je porte vient de la marque Benoa, vous pouvez retrouver la veste et le pantalon sur leur site et dans leurs boutiques !

Alors, quel est le look qui vous parle le plus ? Voici ma chronique en vidéo !

Lifestyle

Life is art #1 | Théâtre, robe vintage et peinture à l’or

8 avril 2018

Cette année, j’ai décidé que mon année sera « Créative« . J’ai compris que ça se décidait et que la création ne rentrait pas comme ça dans sa vie, mais qu’il fallait le vouloir vraiment ! J’ai donc mis un petit post it dans un coin de mon cerveau et je vais tout faire pour que je puisse dire, à la fin de l’année, que j’ai atteint mon objectif ! Pour le moment j’ai l’impression d’avoir bien commencé.

Dans mon quotidien, cela passe par des choses simples comme écrire quelques lignes quand le coeur m’en dit, aller au cinéma, apprendre un nouvel art comme l’enluminure cette année (le résultat par là), feuilleter des livres de photographies et faire des photos à thème sur mon blog (comme ici), regarder des youtubeuses super créatives, faire du théâtre

Et parce que l’expression de l’art est devenue vitale dans ma vie, j’ai eu envie de créer « Life is art », un genre de petites séries de vidéos, quand l’art et mon quotidien se mêlent. Cette semaine justement, j’ai vécu une journée particulière, forte en émotion et j’avais envie de vous embarquer avec moi. Je me suis dit qu’un article sur le blog ne retranscrirait pas exactement ce que j’ai vécu, le format vidéo est plus parlant ici. Je vous donne donc rdv sur ma chaîne Youtube ou juste en dessous. Et si ça vous plait, n’hésitez pas à me mettre un petit pouce bleu et encore mieux abonnez-vous à ma chaîne pour être prévenu des suivantes parce que je ne compte pas m’arrêter là sur youtube ;).

Et si toi aussi, tu aimes faire rentrer un peu d’art dans ta vie, dis-moi comment tu t’y prends en commentaires sous la vidéo <3

 

Lifestyle

Ce matin, la nature m’a fait une surprise

27 février 2018

Ce matin, la nature m’a fait une surprise. Elle a recouvert le maquis, le toit de la maison et la voiture d’un voile blanc. Comme une gamine, j’ai crié pour réveiller mon homme, je me suis habillée n’importe comment pour sortir au plus vite, et j’ai couru dans la neige le ventre vide.

Ce matin la nature m’a fait une surprise. Elle m’a glacée les doigts de pieds de sa neige légère, brulée les poumons de son air frais et fait renaître mon coeur d’enfant. Il n’y a rien de plus beau que les surprises créées par la nature non ?

Ce matin, la nature m’a fait une surprise. Elle m’a rendue heureuse, toute la journée ! Ca faisait longtemps que je n’avais pas ressentie cette sensation là, d’excitation et de plaisir diffus dans tout le corps. J’aurais pu rester des heures à écouter le silence si particulier qu’offre la neige. J’aurais pu aussi provoquer jusqu’à la nuit tombée, ce bruit sourd que font les semelles sur la neige fraiche. J’aurais pu rester poster devant ma fenêtre, sans manger, à regarder à travers les vitres d’un intérieur chauffé, la beauté du paysage. Mais au lieu de cela, j’ai fait ce que j’aime le plus, prendre des photos et poser devant l’objectif de mon homme. Non pas pour pavaner mais, cette fois-ci plus encore que toutes les autres fois, pour graver en moi cette légèreté !

Ce matin, la nature m’a fait une surprise. Elle m’a prouvé que lorsque l’on ouvre les yeux le matin, on ne sait pas ce qui nous attend, jamais. Alors pour tous ces matins où je traine des pieds, je recule l’heure du levée en checkant ces foutus réseaux sociaux, j’espère me souvenir de ce matin de février où je suis redevenue une enfant, l’histoire de quelques heures, parce que la nature m’avait fait la plus belle des surprises !

 

 

Lifestyle

Lavomatic zone

16 janvier 2018

Se sentir à sa place, n’est jamais chose facile mais en grandissant j’ai l’impression qu’on arrive à être à l’aise avec les rencontres/lieux nouveaux, les surprises (bonnes ou mauvaises). À force de vivre des situations cocasses, on apprend à maitriser ses propres comportements comme 1- Rire à une (mauvaise) blague de son patron 2- Ecouter les histoires gênantes de la caissière en étant à la fois perplexe et compatissante 3- Discuter d’une émission télé avec Tata Françoise alors que l’on ne regarde plus que Netflix.

L’âge à cela de surprenant que plus grand chose nous surprend. À défaut de vivre comme un enfant émerveillé et curieux de tout, l’adulte suit le rail emmitouflé dans un bon plaid polaire, tout doux tout chaud. Mais si on en abuse, le plaid polaire peut se révéler un peu étouffant, on transpire vite dedans !

Pour vivre comme un enfant, la piste que j’ai trouvé c’est d’être un adulte qui se fait violence afin de sortir parfois de ma zone de confort (= le plaid) pour trouver une zone d’inconfort temporaire. Cela ne veut pas dire « Faire que des choses que je déteste » mais plutôt me mettre en danger dans des domaines que j’aime. 

Moi, ma zone de confort et de plaisir c’est la photo ! Cela fait déjà deux/trois mois que je prends un plaisir fou à explorer mon théâtre intérieur afin de trouver des personnages qui me correspondent pour vous les faire découvrir en photo. Depuis des semaines, j’ai l’idée d’un shooting dans un lavomatic. Le look, le bon timing et le lavomatic de mes rêves trouvés, mon homme-photographe et moi partons confiant. À priori, on ne sortira pas trop de notre zone de confort aujourd’hui. Le hic c’est que le lavomatic de mes rêves n’était pas que le mien.

Le Jour J venu, j’ai trouvé des gens particulièrement bien installés à l’intérieur. Magazines, sodas… Bref, avant d’être rentrée, j’étais déjà partie !

Je me suis rabattue sur le second choix qui avait l’avantage d’être vide. Mon homme et moi commençons donc tranquillement notre shooting ! Mais nous sentons vite qu’ici, il règne une atmosphère particulière. Ici, c’est un lieu où l’on se sent déstabilisé, étranger. Il n’y habite personne mais on y ressent le passage, la vie, les habitudes de chacun. Ici, les voitures et les grues qui se reflètent dans la vitre sont les voisins curieux et privilégiés d’un ballet improvisé. À l’intérieur, des machines tournent sans personne. Pour le moment.

J’ai vécu dans ce lavomatic une étrange après-midi. Ma propre ville m’est apparue sous un nouveau jour. Là où les gens se croisent sans se regarder mais où chacun sait. Un squat pour les uns, un bout de maison perdue pour les autres.

Notre solitude a été très vite interrompue mais, à ma grande surprise, chacun vaquait à ses occupations, sans vraiment être choqué par notre séance photo. D’un coté, un couple avec deux chiens. L’homme attend sur le banc avec ses bêtes, la femme s’occupe du linge. Une autre femme seule passe rapidement récupérer son linge humide dans un sèche linge. Plus tard, des hommes seuls font des aller-retours, guettant la fin du cycle. Enfin un homme en moto vient récupérer la recette de la journée.

Ce jour là, nous n’étions pas vraiment dans notre zone de confort. Mon théâtre intérieur a cette fois-ci été perturbé, non pas par le froid (comme à Vizzavona), ou par l’obscurité et les moustiques (comme le shooting en bord de mer) mais par les âmes qui peuplent ce lieu urbain. Mais au milieu de toutes ces personnes et ces bêtes, je me suis rappelée qu’au théâtre, on nous apprend à ne pas dire « NON »  lors d’une improvisation, pour ne pas fermer les portes et bloquer l’action. Cet après-midi là justement, j’ai décidé de ne pas refuser ce qui se passait autour de moi, mais plutôt de l’accueillir et de m’en nourrir. D’être dans la surprise de l’action quand un chien vient me lécher la main ou quand une personne passe devant l’objectif. Je ne les ignore pas NON, je profite de ce qu’ils m’offrent. D’ailleurs en fin d’article, je vous ai glissé les deux photos qui illustrent ce propos ;).

Nous sommes repartis un peu changé de cet endroit. Heureux d’avoir été spectateurs (et un peu acteur) de cette jolie pièce de théâtre qu’est la vie banale. Mais surtout étonnés d’apprendre, que notre zone d’inconfort du jour, a été plus stimulante et surprenante que ce que nous avions prévu !

Petite nouveauté, je me suis dit que ça serait intéressant de vous montrer en vidéo l’ambiance de ce lieu, en quelques secondes…

Et toi, à quelle occasion arpentes-tu ta zone d’inconfort ?

Mode

Lumière de fin d’été

6 octobre 2017

Bon l’évidence est là, l’été est parti sans nous écrire une lettre d’adieu, aussi violent que le jour où tu apprends que ta série préférée a été déprogrammé (NDLR: Masters of sex pour moi) ! La transition sandales,apéro/derbies,tisane a été assez violente pour mon cerveau de fille qui s’imagine vivre à Los Angeles toute l’année.

JE hais le froid ! Les collants noirs, les chaussettes, les sous-pulls, les mouchoirs obligatoires dans le sac, le stérimar en évidence dans la salle de bain, le vent froid sur mes joues rouges. Je ne m’y ferai jamais. J’aimerais seulement vivre 3 week-ends dans l’année près de la cheminée à jouer aux cartes avec mes amis ! Pas plus…

SI je cherche bien, le seul avantage de cette saison merdique est la lumière de fin d’été, qui est chaque soir magnifique, enveloppante, apaisante ! Contrairement à l’été ou le front est encore luisant à 20h55, ici la température est idéale ! Les nuages nous offrent l’option rose licorne sans qu’on l’ai demandé… Une petite veste sur tes épaules suffit pour apprécier le spectacle !

Il y a quelques jours, je jouais au tennis en fin de journée et j’ai adoré le contraste entre cette lumière douce et les couleurs du court vert et orange. Très graphique. C’est à ce moment là que l’idée de ce shooting m’est venue.

La préparation de ce shooting

Parce que ce shooting a été un peu plus réfléchi en amont que les précédents, j’ai envie pour une fois de vous parler du travail de recherche qui a précédé la séance photo. D’ailleurs j’aimerais renouveler ça plus souvent sur le blog !

Coté look, je souhaitais quelque chose de très peu travaillé, sportwear et intemporel. Depuis le début, j’ai en tête d’associer un polo Lacoste à une grosse veste imposante. Quoi de plus intemporelle qu’un polo Lacoste non ? Comme je n’ai pas réussi à choisir entre mon polo bleu (offert pour mes 30 ans) et un polo rose vintage qui appartient à mon homme, j’ai décidé de mettre les deux (pas en même temps évidemment…). Je me suis créée un petit moodboard sur Pinterest que j’ai soumis à mon homme, afin qu’il comprenne l’esprit que je souhaitais pour ce shooting. Concernant les accessoires, j’avais une vieille raquette qui s’adaptait parfaitement à cette séance photo.
Je voulais une intention pour ce shooting, dégager une émotion particulière. J’ai imaginé une fin de journée faite d’ennui, de solitude, mais dans l’attente de quelque chose d’impalpable, le sunset peut-être…

Le jour du shooting

Rendez-vous avec le soleil vers 18h. On a eu peu de temps pour trouver une belle ligne directrice pour ce shooting. J’aurais du faire quelques repérages avant ou faire des essais plus tôt. La prochaine fois on s’aura que le soleil ne nous attends pas… La complexité d’une séance photo au crépuscule c’est que la lumière évolue constamment. Nos amis les moustiques ont décidé de participer à la fête aussi… Assez complexe au final cette fin de shooting, mais l’urgence nous force à tout donner, vite, et à aller à l’essentiel ! Bref encore un merveilleux moment de création et d’expérimentation… Après 2 ans de blogging, j’ai envie que mon blog ne soit plus un support lambda. Mais un lieu de recherche à la fois photographique, esthétique & émotionnelle. Je suis contente de ce premier essai, vivement le suivant !

Vintage

Ma pièce vintage #1

23 mars 2017

Depuis que j’ai changé ma façon de voir la mode en consommant moins mais mieux, je suis attirée par la fringue/déco Vintage ! Mon intérêt s’est un peu amplifié cet été, je vous avais d’ailleurs montré ici une robe vintage rayée ! Du coup, je me suis dit que ça pourrait être sympa de partager avec vous, de temps en temps, mes acquisitions vintage sur le blog avec l’histoire de la pièce, comment on s’est rencontré, etc. Oui mes fringues sont des humains comme les autres 😉 !

J’inaugure cette nouvelle catégorie, avec cette chemise ! C’est l’une des pièces vintage que j’aime le plus je crois, je l’ai trouvé à Rotterdam l’été dernier dans une friperie <3 !! Amour. Chemise rayée. Amour Bis. Vous connaissez déjà mon obsession pour le rayé. Je l’ai acheté une misère,  7€ je crois… Il n’y a malheureusement plus d’étiquette. Je ne sais pas d’où elle vient ni en quelle matière elle est faite, c’est un mystère total. Cette pièce vintage est un peu le symbole de mon voyage, une chemise Zara ou H&M exactement identique n’aurait pas eu le même effet je crois… Je lui ai même ajouté des pin’s sur le col, histoire de la rendre encore plus belle et unique.


Chemise Vintage
Mom jeans Monki
Boucle d’oreille longue & Other Stories

 

Vous aimez cette nouvelle catégorie sur le vintage ?
Looks et obsessions

Robe je te (re)aime

13 février 2017

Hello les amis,
Me revoilà aujourd’hui avec un article look. Le dernier en date était le Cap des 30 ans fin août, ça remonte ! Aujourd’hui c’est de mon amour, puis de mon désamour, puis de mon réamour pour la Robe dont je veux vous parler.

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé les robes ! Eté comme hiver… C’est ma mère qui m’a donné ce goût. Elle enfile depuis peu des jeans, mais je l’ai toujours vu sortir en robe/jupe et en talons. J’ai cet héritage là, je me sens très féminine et bien dans mon corps lorsque je porte une robe. Enfin j’avais… Et puis mon style a évolué, mais mes robes dans mon armoire sont restées les mêmes.

Le basculement a eu lieu cet été je crois ! Dans mon dressing toutes mes robes me plaisaient (certaines étaient d’ailleurs très récentes), mais à chaque fois j’enfilais un short en jean !

J’ai fait deux ou trois tentatives, mais j’avais l’impression d’être déguisé ! Tu as déjà ressenti ça ? Moi et ma robe patineuse en dentelle ou de couleur bleu pastel on n’était plus sur la même longueur d’onde ! Et puis il y a quelques jours, je suis tombée sur cette robe grise, sans dentelle, ni jupon qui tourne, ni trop courte. Bref une robe minimaliste, en maille côtelée, en dessous du genou, fendue sur les cotés. Une robe, comme je voulais et qui me correspond enfin !

Et vous les filles, quelle est la robe qui vous correspond en ce moment ?
Descendez en bas de l’article, un homme s’est glissé sur une des photos 😉

         
Pour le lieu du shooting, on s’est enfoncé avec mon photographe officiel (= mon homme) dans la vieille ville en compagnie des journalistes de Corse-matin. Ils m’ont contacté il y a quelques semaines, afin de réaliser une petite vidéo sur mon blog, dans mon quotidien de « blogueuse » (la blague) ! Vous pouvez voir mon portrait en vidéo ici.

Robe grise en maille côtelée Mango
Trench coat Monki
Montre Daniel Wellington
Jonc Jonki Paloma Stella
Shoes & Other stories (plus dispo)
Ceinture vintage

Balades en Corse Vintage

Comme un air d’Italie

23 juin 2016

Ma nouvelle robe et cette ruelle étaient faites pour s’entendre. Vous ne trouvez pas qu’il y a comme un air d’Italie ? Il y a des jours bénis où la façon de t’habiller est complètement en accord avec le lieu. Il m’est arrivé la même chose hier, j’étais en t-shirt informe et en short Undiz dans mon lit à mater un film et je me suis dit « Voilà ça colle encore ! »… Plus sérieusement, la ruelle en question est la citadelle de Bastia juste à coté du Palais des gouverneurs. C’est à l’occasion du festival Creazione l’année dernière, que j’ai vraiment découvert cette partie là de la ville. La citadelle et ses ruelles n’ont rien à envier à Ajaccio 🙂 C’est vraiment sublime et dépaysant. D’ailleurs toute la citadelle de Bastia me fait penser à l’Italie.

La robe que je porte est encore une nouvelle acquisition qui me permet d’assouvir ma fameuse « obsession » des rayures dont je vous parlais il y a quelques jours ! Mais celle là est un peu particulière car elle est vintage, de la marque Synonyme par Georges Rech. Pour la petite histoire, la Maison Georges Rech a inventé en 1960 le prêt à porter de luxe féminin (je ne fais pas la spécialiste, j’ai regardé sur Wikipédia !!). J’ai déniché cette petite merveille il y a quelques semaines à Galeria, dans le truck vintage des Pink Banana ;). Mes sandales viennent de la boutique Dune à Ajaccio (Rue Fesch).

Un grand merci à Andrea du blog Marosea d’avoir été ma photographe et videographer non officielle du jour !!! Ca fait vraiment bizarre d’être pris en photo par une nouvelle personne. Je n’étais pas au départ très en l’aise mais en fait j’ai adoré faire confiance à quelqu’un d’autre… D’ailleurs vous pouvez retrouver la vidéo de ce shooting sur Instagram et Facebook ;). N’hésitez pas à me dire ce que vous pensez de cette petite vidéo…

D’ailleurs, est-ce que ça vous plairait de retrouver des petites vidéos plus souvent sur le blog ? 

italie Bastia Citadelle Corse Hypsica blog mode lifestyle robe vintage italie Bastia Citadelle Corse Hypsica blog mode lifestyle robe vintage  italie Bastia Citadelle Corse Hypsica blog mode lifestyle robe vintage  italie Bastia Citadelle Corse Hypsica blog mode lifestyle robe vintage italie Bastia Citadelle Corse Hypsica blog mode lifestyle robe vintage italie Bastia Citadelle Corse Hypsica blog mode lifestyle robe vintage    italie Bastia Citadelle Corse Hypsica blog mode lifestyle robe vintage italie Bastia Citadelle Corse Hypsica blog mode lifestyle robe vintage  italie Bastia Citadelle Corse Hypsica blog mode lifestyle robe vintage