Parcourir Catégorie

Mode

Mode

Original perfecto

16 novembre 2018

Il y a quelques jours, j’ai vu au cinéma le film Bohemian Rapsody, le biopic sur Freddie Mercury, même si je trouve la réalisation un peu classique, peu surprenante et assez lisse coté réalisation/scénario, coté look on peut pas faire plus original je crois, j’ai adoré notamment ces perfectos !

Parralèlement à cet article, voici ma chronique mode pour France 3 Via Stella (rdv à la cinquième minutes ;))

Pour faire la différence avec son perfecto (avec plus de sobriété que Freddie Mercury hein !) plusieurs pistes à tous les budgets et pour tous les styles ! Mais d’abord, un peu d’histoire puisque cette année le perfecto a 90 ans. Il a été crée par Irving schott, qui lui le donne le même nom de son cigare cubain favori, le Perfecto (avec l’accent !). Pendant très longtemps, le perfection est associé aux rebelles, aux personnes un peu en marge comme les motards puis le monde du rock/punk. Dans les années 90, le couple Kate Moss/Johnny depp devient l’un des symboles de cette transition du rock vers la mode. On connait tous le fameux uniforme « Perfecto+t-shirt blanc+ Jeans slim+bottines ». Aujourd’hui, ça a beaucoup changé puisqu’il est de toutes les nouvelles collections automne/hiver, et on le retrouve même dans l’univers du luxe !

Comment choisir un perfecto original ?

-> L’originalité dans la matière avec un perfecto avec du cuir vegan
Le véganisme c’est refuser l’exploitation animale à travers l’alimentation mais aussi de manière plus global, dans son mode de vie. Ils excluent les vêtements en cuir, la laine et la fourrure évidemment. Le cuir vegan est une réelle tendance, je pense de plus en plus à me tourner vers ce type de matières même si aujourd’hui le choix n’est pas encore important.

Il y a donc de plus en plus de cuir d’origine végétale qui voit le jour (cuir d’ananas, de champignon, etc). Le résultat est souvent bluffant mais aussi résistant. La question est de savoir comment le cuir évolue au fil du temps, au bout de 10 ou 20 ans… Il y a aussi des cuirs fabriqués à base de polyuréthane, alors ce n’est pas végétal mais le résultat est magnifique. La marque Dauntless propose des modèles très aboutis !!

-> L’originalité dans le style avec un petit budget, en se procurant une pièce vintage (vous commencez à me connaître). Le cuir est beau parce qu’il est vieilli, patiné, il est même plus souple ! La difficulté c’est la forme, il est plus compliqué de trouver une coupe actuelle.

Le site Tilt vintage propose de jolies modèles avec des jolies coupes et à des prix corrects. Le mieux étant peut-être de fouiller dans les vides greniers et les brocantes, je pense que l’on peut en trouver à moins de 100€.

-> L’originalité dans la personnalisation, le comble du luxe, en investissant dans une pièce unique ou en série limitée !

Aujourd’hui, plus que jamais, on ne souhaite pas être habillé comme tout le monde. On observe une réelle émergence de jeunes créateurs  qui se lance dans le sur-mesure, la personnalisation ou l’édition de série limitée. Le perfecto que je porte, pour cette série de photo, a été conçu dans un atelier parisien, par la créatrice Alice Balas qui est complètement dans cette démarche. Elle réinvente même les codes du blouson mythique, en jouant sur les matières, les broderies, les zips doré, un soufflet aux manches, cette couleur champagne emblématique de la marque. Le détail est poussé jusqu’au bout puisqu’à l’intérieur il y a un tissu crée en exclusivité pour la créatrice et une étiquette personnalisée pour la cliente .

D’ailleurs la première quinzaine de décembre à Ajaccio (la date n’est pas encore définie), vous pouvez vous procurer une pièce d’exception et rencontrer la créatrice, dans la boutique Dona Ferentes, privatisée pour l’occasion. Toute la journée il y aura un showroom pour découvrir quelques pièces mais aussi vous pouvez prendre rdv avec la créatrice pour créer ensemble votre perfecto (choix des matières, des peaux, de la forme, de la broderie, etc.). Pour l’avoir porté quelques heures pendant le shooting et durant ma chronique sur France 3 Via Stella, je peux vous dire que je ne me suis jamais sentie aussi bien dans un perfecto ! La coupe est sublime et les détails sont originaux. C’est vraiment une pièce que l’on gardera dans son dressing toute sa vie et que l’on transmettra !

Si vous souhaitez prendre rdv pour créer le votre ou si vous souhaitez avoir des informations sur cette journée :
– par mail ritabeveraggi@dona-ferentes.com
– par message sur Instagram et Facebook 
– par téléphone : 04 95 21 26 93
– ou passez directement  à la boutique au 35 rue Cardinal Fesch, Ajaccio

Mode

L’évidence de l’hiver, le tailleur pantalon

19 octobre 2018

Cet article est écrit en parallèle avec une chronique (la seconde) que je réalise pour France 3 Corse Via Stella. Le lien de l’émission est à retrouver en bas de l’article, vous allez me voir un peu destabilisée, butée sur des mots mais surtout prendre beaucoup de plaisir ;). Et voici ma 1ère chronique si ça vous intéresse !

N’hésitez pas à me suivre sur Instagram, pour découvrir les coulisses des chroniques, mes inspirations et mes moments créatifs !

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler d’une tendance que je vois depuis quelques mois et que j’aime follement, c’est le tailleur pantalon.

Il revient en force cet hiver mais c’est difficile de nier l’histoire féministe qu’il y a autour de cet ensemble. Dans les années 60, Yves Saint Laurent crée le premier smoking pour femme. C’est une révolution pour l’époque, puisque il était interdit aux femmes d’aller travailler en pantalon. D’ailleurs, Françoise Hardy arborant un smoking noir lors d’un soirée à l’Opéra garnier,  se fera siffler à l’entrée et à la sortie. Il faudra attendre quelques mois pour que ces 2 pièces deviennent un symbole de libération féminine (et féministe) et un vrai succès commerciale dans le prêt à porter.

Ce n’est pas pour rien que Pierre Bergé dira que « Chanel a libéré la femme, Saint Laurent leur a donné le pouvoir » .

 

Comment porter le tailleur pantalon ?

Contrairement à ce qu’on a pu voir il y a quelques années, aujourd’hui la tendance est aux formes larges et amples. La veste se veut longue et plutôt loose, assez masculine et le pantalon taille haute et droit voir évasé en bas ! Vous pouvez même le porter plus court, comme celui que je porte aujourd’hui !

Pour le choix du tissu, vous pouvez jouer la carte de l’uni, noir, bleu marine (comme le mien) ou rose (très présent cette année) ou sinon osez l’imprimé. J’aime beaucoup les tailleurs bleu marine avec des rayures très fines blanches mais l’imprimé prince de galles est le must have cet hiver. Il y a aussi le fleuri que j’aimerais beaucoup (oser) porter !

Quel style adopter ?

Le plus évident c’est de l’associer à une chemise, un chemisier avec des escarpins/bottines. Il faut juste faire gaffe de ne pas tomber dans le classique si ce n’est pas l’effet recherché. Le plus pointue selon moi, c’est le porter très ample, pantalon plus court, et l’associer avec des baskets et un t-shirt (ou un polo, violet pour moi) pour un orientation vraiment street. La combinaison qui me ressemble le plus c’est l’association de pièces classiques comme des bottines, et un top dentelle avec un accessoire plus street comme un sac à dos (comme sur la photo ci-dessus). J’ai trouvé cette petite merveille dans une boutique Parfois. Bizarrement, je n’ai pas trouvé la référence (pourtant achetée cette rentrée) sur le site mais je pense que vous trouverez tout de même votre bonheur, il y a un joli choix !

Où acheter un tailleur pantalon ?

Favorisez un costume de qualité, n’hésitez à y mettre un peu le prix… Si vous n’avez pas trop les moyens, tournez vous vers le vintage, vous trouverez (comme toujours) des merveilles aussi ! Les marques corses se mettent aussi à la tendance puisque le costume que je porte vient de la marque Benoa, vous pouvez retrouver la veste et le pantalon sur leur site et dans leurs boutiques !

Alors, quel est le look qui vous parle le plus ? Voici ma chronique en vidéo !

Mode Vintage

Pourquoi consommer vintage ?

28 septembre 2018

Il y a quelques semaines, on m’a proposé de faire une chronique mode tous les mois sur Via Stella (France 3 Corse). Après l’étape de la (grande) surprise, je me suis posée la question de ma légitimité sur ce créneau là. Sur le blog et sur instagram, j’en parle assez peu. J’ai en effet l’impression de ne pas être la personne qui connait (et suit) les tendances pointues, ni qui investie dans des « must have ». Contrairement à certaines blogueuses, je suis une consommatrice assez modérée, voir inclassable.

Après quelques jours de réflexion, je me suis dit que je devais tirer partie de cette vision de la mode et en profiter pour en parler (au plus de monde possible) sur un plateau de télé. Alors non je n’ai pas un style toujours inviable, il est parfois même un peu louche ou ennuyeux pour certains mais je pense que le mode de consommation dans lequel je me reconnais, touche de plus en plus de personnes !

Alors pourquoi pas parler de mode éthique et responsable si le coeur m’en dit ?

Pour cette première rubrique, j’ai choisi le vintage parce c’est mon obsession depuis 3 ans ! D’ailleurs, voici le lien de l’émission Via Nova, dans laquelle je fais cette première chronique !

Aujourd’hui le vintage, le démodé est devenu branché. Pour une fois qu’une tendance est cohérente et responsable, pourquoi s’en priver ?

Au début…
Le terme Vintage est d’abord utilisé pour désigner les vêtements anciens de grands couturiers. Aujourd’hui le terme vintage s’est vulgarisé, on l’emploie pour tous types de pièces d’occasion de 1920 1980 et, depuis peu, même les années 90 et 2000 sont à l’honneur, avec un vrai retour des inconditionnels de ma jeunesse (si vous avez entre 25 et 35 ans vous savez de quoi je parle, Team #buffalo forever, au feu les bocachica).

Dans le monde people, une date marquante à Hollywood. 2001, Julia Roberts gagne l’Oscar pour le film Erin brockovich, elle est habillée d’une robe vintage Valentino de 1992. Sa tenue a fait sensation, c’est une des premières à oser le vintage sur le tapis rouge. Yeah Julia !!

Où peut-on en trouver ?
Coté établissements conventionnels, des boutiques spécialisées et même des concept-stores mêlant nouvelles pièces et pièces vintage voient le jour !

Le web ne sait pas fait prier pour partir à la conquête du vintage aussi, on ne compte plus le nombre de boutiques en ligne dédiées à ce mode de consommation. Voici quelques eshops qui me tentent bien, j’en ai testé 1 seul pour le moment (mais c’est une histoire de temps) :
– le plus confidentiel : Look Vintage
– les plus abordables : Tilt et Collectifs vintage
– le plus chic (un peu moins abordable) : Losfeliz shop
– la référence : Le marketplace d’Asos, vous pouvez y vendre vos habits, en achetez à des particuliers mais aussi trouver des vêtements de jeunes créateurs indépendants.

C’est grâce à ce dernier que j’ai découvert la jeune marque anglaise indépendante Syd & Mallory’s ! Les boucles d’oreilles que je porte viennent de son eshop. Je les ai payé 8£ ! Du coup j’en ai acheté 3 paires et un t-shirt en soldes ! Mais là je m’égare, revenons au coeur du sujet…

Pour les plus aventuriers, si l’odeur de la naphtaline et la poussière ne vous dérange pas et si vous aimez fouillez, vous trouverez des perles vintages dans le grenier de vos parents et grands-parents, mais aussi dans les friperies, les puces, les brocantes et vides greniers. La plupart du vintage que j’ai vient de là ! Je vous parle plus bas, d’un autre bon plan ;).

En Corse
Le choix n’est pas énorme malheuresement !

À Ajaccio il y a La Cour des Miracles, magnifique magasin/brocante dans l’hyper centre qui propose des vêtements et des objets agencés avec goût ! J’ai découvert récemment une boutique à Ajaccio dans la rue du Docteur Del Pelegrino, au dessus de Carrefour city. Que des vêtements, un choix énorme mais il faut aimer fouiller ! La perle rare n’est pas forcément à porter de main. J’ai d’ailleurs trouver la robe que je porte dans ma première chronique, et à ce jour, c’est la photo la plus likée sur mon insta ! Elle doit y être pour quelque chose 😉 .

Mais sinon il faut écumer les brocantes et vide grenier pour acheter du vintage. Le fashion truck des Pink Banana offre de belles pièces (l’été surtout). À Bastia, il y a la boutique Cap luxury (4 Avenue Maréchal Sebastiani). Rien d’autre à signaler malheureusement mais si vous connaissez d’autres adresses n’hésitez pas à me le signaler en commentaires. j’alimenterai cet article de vos trouvailles !

Si vous souhaitez vous lancer dans le vintage…
Choisissez une seule pièce (pas trop imposante) et associez là à des pièces et accessoires plus actuelles, ça évitera les fautes de goûts ! N’est pas Alexa Chung qui veut…

Personnellement ma découverte dans le vintage est assez récente, mais j’ai mille raisons qui me poussent à m’y intéresser.

  • La mode s’inspire de l’ancien, c’est un éternel recommencement. Je trouve plus cohérent d’acheter des pièces originales anciennes plutôt que de l’actuelle copie. Cela évite d’ailleurs de se retrouver nez à nez avec une personne habillée avec la même pièce que toi. Toi même tu sais, tu as déjà vécu ce moment de malaise ! Très désagréable comme sensation, le vintage permet de créer son propre style…
  • Les vêtements de seconde main utilisent (en général, pour les plus anciens) des tissus de grande qualité, qui tiennent avec le temps et avec des finitions et des coupes très belles (et bien réalisées). Contrairement aux enseignes de fast fashion qui réalisent des collections 2 fois par mois et qui, pour réduire les couts, utilisent des tissus de mauvaise qualité et élaborent des patrons aussi vite que le temps d’un café !
  • D’un point de vue écologique/éthique/responsable, un vêtement vintage est déjà fabriqué donc il ne nécessite pas d’électricité, d’eau, de matières premières… C’est véritablement du recyclage, mais beau recyclage !
  • Le prix, excepté pour des pièces rares/recherchées, du vintage est très abordable !

Le fantasme absolu…
Pour les fan de vintage et de mode responsable, l’idéal est d’acheter du vintage en faisant une bonne action !

C’est possible dans certaines associations, type Emmaüs. La croix rouge d’Ajaccio propose d’ailleurs La Frip’, un espace boutique ouvert trois après-midi par semaine. Le tarif va de 1€ (pour un top) à 5€ (pour un joli manteau). Il y en a pour tout le monde (hommes, femmes et enfants) et TOUT est reversé directement à l’association. Du bonheur je vous dis !

Coté look du jour, Vintage oblige, je porte un chemisier en soie que j’ai reçu en cadeau (Andy si tu passes par là, merci encore <3) qui vient d’une friperie en Italie ! Et la jupe vient de La Frip’ (dont je vous parlais plus haut), je l’ai payé sans doute 2€ ! Les boucles d’oreilles viennent d’une marque anglaise indépendante dont je vous parlais plus haut aussi 😉 ! Et le chat en fond est aussi vintage puisqu’il est arrivé chez mes parents il y a 2 ans, il avait déjà vécu une vie avant… Un chat de seconde main en somme !

Si vous n’avez pas vu mes précédents articles sur mes pièces vintages voici les liens ici et !

Mode

La voleuse de citrouilles

30 octobre 2017

Cette année j’ai eu envie de consacrer un article à Halloween, me plonger complètement dans cette tradition à travers un shooting photo ! Pour cela, j’ai imaginé pour le blog, un personnage inédit, loin de ce que l’on a l’habitude de voir durant cette période, qui vole les citrouilles déposées sur les fenêtres afin de les ramener chez elle, dans les bois. La voleuse de citrouilles !

Il y a quelques semaines de cela, j’ai fait naitre ce personnage au fur et à mesure que je trouvais le lieu (Vizzavona), la tenue (une robe en velours bleue), le maquillage (soutenu avec une bouche sombre) et les accessoires (une couronne réalisée à partir de branches, des citrouilles et des courges évidemment).

Outre le fait que j’étais en petite robe à 1200 mètres d’altitude et que mon photographe non officiel et moi-même n’arrivions plus à bouger nos doigts après 2 heures de séance, j’ai adoré faire ce shooting que j’ai préparé comme je vous disais, en amont, dans la même lignée que « Lumière de fin d’été ». Une réelle dose d’excitation et de créativité pour la seconde fois ! Evidemment, je ne compte pas m’arrêter, la perspective de créer à chaque fois de nouveaux personnages me plait tellement… 

Je vous laisse découvrir un bout de vie de la Voleuse de citrouilles. Un conseil, ne laissez pas trainer vos citrouilles sur la fenêtre ! Elles peuvent disparaitre mystérieusement dans une forêt non loin de chez vous…

 

 

Et vous quel est le personnage que vous aimeriez interpréter pour Halloween ?

NB : Après l’écriture de cet article et la création de ce personnage, je me suis rendue compte qu’un livre pour enfant s’appelait « La voleuse de citrouilles »… C’est fou comme les imaginaires peuvent se croiser parfois. Maintenant je suis curieuse de connaître l’autre voleuse de citrouilles 😉  !!

Mode

Lumière de fin d’été

6 octobre 2017

Bon l’évidence est là, l’été est parti sans nous écrire une lettre d’adieu, aussi violent que le jour où tu apprends que ta série préférée a été déprogrammé (NDLR: Masters of sex pour moi) ! La transition sandales,apéro/derbies,tisane a été assez violente pour mon cerveau de fille qui s’imagine vivre à Los Angeles toute l’année.

JE hais le froid ! Les collants noirs, les chaussettes, les sous-pulls, les mouchoirs obligatoires dans le sac, le stérimar en évidence dans la salle de bain, le vent froid sur mes joues rouges. Je ne m’y ferai jamais. J’aimerais seulement vivre 3 week-ends dans l’année près de la cheminée à jouer aux cartes avec mes amis ! Pas plus…

SI je cherche bien, le seul avantage de cette saison merdique est la lumière de fin d’été, qui est chaque soir magnifique, enveloppante, apaisante ! Contrairement à l’été ou le front est encore luisant à 20h55, ici la température est idéale ! Les nuages nous offrent l’option rose licorne sans qu’on l’ai demandé… Une petite veste sur tes épaules suffit pour apprécier le spectacle !

Il y a quelques jours, je jouais au tennis en fin de journée et j’ai adoré le contraste entre cette lumière douce et les couleurs du court vert et orange. Très graphique. C’est à ce moment là que l’idée de ce shooting m’est venue.

La préparation de ce shooting

Parce que ce shooting a été un peu plus réfléchi en amont que les précédents, j’ai envie pour une fois de vous parler du travail de recherche qui a précédé la séance photo. D’ailleurs j’aimerais renouveler ça plus souvent sur le blog !

Coté look, je souhaitais quelque chose de très peu travaillé, sportwear et intemporel. Depuis le début, j’ai en tête d’associer un polo Lacoste à une grosse veste imposante. Quoi de plus intemporelle qu’un polo Lacoste non ? Comme je n’ai pas réussi à choisir entre mon polo bleu (offert pour mes 30 ans) et un polo rose vintage qui appartient à mon homme, j’ai décidé de mettre les deux (pas en même temps évidemment…). Je me suis créée un petit moodboard sur Pinterest que j’ai soumis à mon homme, afin qu’il comprenne l’esprit que je souhaitais pour ce shooting. Concernant les accessoires, j’avais une vieille raquette qui s’adaptait parfaitement à cette séance photo.
Je voulais une intention pour ce shooting, dégager une émotion particulière. J’ai imaginé une fin de journée faite d’ennui, de solitude, mais dans l’attente de quelque chose d’impalpable, le sunset peut-être…

Le jour du shooting

Rendez-vous avec le soleil vers 18h. On a eu peu de temps pour trouver une belle ligne directrice pour ce shooting. J’aurais du faire quelques repérages avant ou faire des essais plus tôt. La prochaine fois on s’aura que le soleil ne nous attends pas… La complexité d’une séance photo au crépuscule c’est que la lumière évolue constamment. Nos amis les moustiques ont décidé de participer à la fête aussi… Assez complexe au final cette fin de shooting, mais l’urgence nous force à tout donner, vite, et à aller à l’essentiel ! Bref encore un merveilleux moment de création et d’expérimentation… Après 2 ans de blogging, j’ai envie que mon blog ne soit plus un support lambda. Mais un lieu de recherche à la fois photographique, esthétique & émotionnelle. Je suis contente de ce premier essai, vivement le suivant !