Parcourir Tag

Lisa Bettini

Lifestyle

Càpu a càpu #2 | Lisa Bettini

6 mai 2017

Depuis le premier Capù a capù il s’est passé plus d’un an, vous vous souvenez, c’était avec la chanteuse l’artiste Mila Auguste.

Aujourd’hui je remets le couvercle avec une meuf aussi drôle que bombasse, Lisa Bettini ! À l’occasion de sa campagne Ulule pour son livre « Tirée par les cheveux », on a discuté de son nouveau projet, des difficultés à être édité aujourd’hui mais aussi de mode, de super pouvoir capillaire… Bref j’étais obligée de partager ce bon moment avec vous !


Bonjour Lisa, comment te sens-tu à quelques jours de la fin de ta campagne Ulule ? Tu check toutes les deux minutes si l’objectif est atteint ?

Anne-Marie, me prends-tu pour une psychopathe ? Bien-sur que OUI, je check toutes les 2 minutes 😉 Mais je me sens plutôt bien, merci. La campagne a été bien accueillie et je remercie TRÈS FORT toutes les personnes ayant participé ! On est pas au bout, mais on voit les côtes apparaître.

Je t’ai connu sur l’émission Inseme mais bon je suppose que tu as eu une vie avant France 3 Via Stella ?

Oui j’ai passé 7 ans à Paris ou j’ai commencé toute jeune (à 20 ans) ma carrière dans une grande agence de pub. Puis j’ai eu une phobie du CDI et suis repartie sur les bancs de l’école et me suis tournée vers l’audiovisuel. Pour vous le faire bref, je suis passée par de jolies boites de production comme Fremantle Media, des institutions comme le Festival de Cannes ou bien Canal + … Et puis la vie m’a ramenée à Ajaccio sur mes terres.

Comment t’es venue l’idées de ce livre, tu t’es réveillé un jour avec une illumination ?
J’avais un blog -hyper confidentiel- nommé Tirée par les Cheveux, je ne l’avais communiqué à personne mais j’écrivais plein d’histoires dessus. Puis j’ai commencé à diffuser mes textes, 2-3 sourires, quelques rires et des encouragements et je décidais dans la foulée de lancer un recueil de tout cela.

En quoi ce nouveau projet est t-il différent de tout ton parcours d’écriture ?
Je l’ai lancé sur une plateforme de financement participatif. En gros j’ai fait tout l’inverse qu’il est habituel de faire. Normalement, lorsque l’on a un manuscrit on le présente à des maisons d’édition. Moi je l’ai remis entre les mains du public. Un super moyen de tester si ce livre, qui se voulait frais et sans prétention, arrivait au bon moment et surtout pouvait intéresser les gens.

Est-ce que c’est compliqué de sortir un livre en 2017 ? 
Oui c’est plus compliqué, comme pour la musique j’imagine. On n’est plus dans le faste des Majors comme il y a 20 ans. Mais tout est possible, si on veut, on peut. C’est mon mantra, j’y crois vraiment.

Pour écrire, tu te plonges dans un contexte particulier ?  Je suis curieuse de savoir comment tu abordes cet aspect là de la création ?
J’écris tous les jours, sur tout type de supports, j’ai toujours un cahier dans mon sac, pour quand je suis en déplacement par exemple. Le plus important dans l’histoire est le stylo, il faut qu’il fasse une belle écriture, alors là je suis dans les conditions optimales pour écrire ! Sinon, je me mets sur mon ordinateur qui fait un bruit d’avion à réaction, car je ne l’ai pas éteins depuis des mois (des années?), le pauvre …

Pour les personnes qui aimeraient se lancer dans le journalisme ou l’écriture d’un livre, aurais-tu des conseils ?
Le journalisme d’aujourd’hui est bizarre. Il reste un côté respectable de la profession, mais de l’autre, une course effrénée à l’information via Twitter, une recherche permanente du buzz, toujours plus loin, … Je ne me reconnais pas dans cela. C’est pourquoi je ne traite jamais de sujets lourd, je reste d’humeur légère que ce soit dans les émissions dans lesquelles je travaille ou les magazine pour lesquels j’écris.Les mois qui viennent vont être chargés pour toi, entre le mercato TV et la sortie de ton livre. Comment vis-tu cette période particulière ? Une méthode pour rester zen ?
A partir du mois de mai, chaque année, je suis à bloc. Je me mets en mode Rocky Balboa avant un combat. Je surveille ce que je mange et je bois, j’essaie de conserver au maximum ma vitalité. C’est pas du tout fun mais je me couche tôt pour pouvoir me lever aux aurores, car l’avenir appartient à ceux … vous connaissez la suite. 
Je redeviendrai plus sympa à fréquenter cet été promis ! Pendant 1 mois ou 2 (le mercato TV est de plus en plus tard …) on joue notre rentrée donc le jeu en vaut la chandelle.

Je trouve ton style d’écriture assez brute, acerbe ! C’est pas possible de somnoler quand on te lit. Des fois je me dis « Elle a vraiment osé écrire ça ? » Mais j’adore… Comment définirais-tu ton style ? 
Ahaha, j’adore ce compliment, merci Anne-Marie ! C’est un travail de plusieurs années … En réalité, plus jeune j’étais très timide et je n’écrivais que des poèmes un peu sordides (alala, pré-adolescence, cette période ingrate). Puis le déclic : je suis devenue un pitre. Dieu merci ma famille est compréhensive, j’avais un père hyper blagueur, donc il avait déblayé le chemin ! Je n’ai pas beaucoup de pudeur, mais je n’étale pas ma vie non plus. Je vois la vie faite d’auto-dérision, les petits soucis passent mieux quand ils sont moqués. Et ça n’a pas du tout étonné ma grand-mère que l’on ai caché une petite kekette sur la couverture. On peut rire de tout, si ce n’est pas vulgaire ni offensant !

Justement, la couverture de ton livre est a tomber ! J’avais envie de te poser la question « Si tu avais la possibilité de rencontrer un artiste, ça serait… » mais je suppose que ça serait elle ?
La couverture, c’est Djelissa Latini, ma cousine qui l’a réalisée. (Quand je vous dit qu’on est des rigolos dans la famille !) Elle est artiste designer. Oui c’est elle que je voudrais voir car elle est comme ma sœur, mais si loin de moi, Strasbourg, LA, partout dans le monde, mais tout le temps dans mon cœur. Sinon j’avoue qu’un petit meeting avec Vermeer serait pas mal, juste pour qu’il m’explique comment il a peint les bacs de glace « La Laitière ».

Parlons un peu de mode maintenant, quel est ton style vestimentaire de tous les jours ?
Pull crop-top, jean taille haute et baskets.

Quand on te dit mode, tu penses à …


J’adore la mode des années 90. Mais je suis une fan absolue de tout ce qui brille, je suis attirée comme une pie par les sequins, les paillettes, rien que de t’en parler, j’ai l’oeil qui s’emerveille. La mode c’est avoir un style qui soit super sympa, constitué de choses simples mais efficaces. Je suis persuadée que quand on a « l’œil mode » on peut trouver dans les pires pièces de quoi faire quelque chose.

Et coté beauté, quel est ton rapport au maquillage toi qui travailles à la TV ?
Le maquillage TV est spécial, il est épais. Mais on se sent comme une bombasse sans défauts, c’est un peu magique. Mais parfois en plein soleil on fait peur aux enfants ahah.On a des fées qui nous subliment, quand il y a une connexion avec la maquilleuse c’est super et ça fait la différence. Sinon, dans la « vraie vie » je prône l’hydratation & les huiles essentielles, le naturel avant tout ! Un petit peu de fond de teint pour les rougeurs et du mascara. La couleur pourpre pour les lèvres est ma préférée.

Et sinon pour ta belle crinière tu fais quoi #jesuisjalouse ?
Pour les cheveux c’est drôle mais je me suis sentie toute une vie comme Samson, le mec qui puisait sa force dans ses cheveux. Donc une vie de cheveux long et l’année dernière BIM coupe au carré, c’était pas du luxe de les faire respirer. Un shampoing volumateur Glynt + un masque 2 fois par mois Carita + un spray a pulvériser sur cheveux encore mouillés Végétalement Provence. Je les laisse vivre, ma mère dit que je ne suis jamais coiffée, c’est un peu vrai.

Hypsica est un blog plutôt Lifestyle, entre confidences personnelles, mode vintage et véganisme à mi-temps ! Si tu avais un blog Lifestyle, ça serait quoi « L’art de vivre selon Lisa Bettini » ?
Ahah, mon art de vivre prônerait les petites choses quotidiennes à faire pour être heureux : manger un truc super cool, se dire qu’on a de la chance, qu’on a de l’air, un toit et plein de choses à réaliser ! Même si ce n’est pas tous les jours tout rose, j’écrirais sur comment voir le verre à moitié plein. Et finir par y croire dur comme fer !

Avant de te quitter Lisa j’ai une dernière question. Il y a 6 mois, j’ai crée avec l’artiste Tiphaine Soler une collection de papeterie appelé Ricciuale disponible sur l’e-shop www.hypsica.com…
C’est hyper mignon votre collection ! Bravo ! Vous faites parties de ces Corses qui entreprennent, longue vie à vos projets !

… Justement si tu avais toute la collection devant toi qu’est ce que tu ferais des petites affiches de notre hérisson ? Quels seraient les premiers mots que tu écrirais sur le carnet de notes et quelle serait ta « to do list » du moment sur le bloc-notes ?
J’accrocherais les petites affiches au dessus de mon bureau sur la baie vitrée, place du Diamant, il serait comme suspendu dans les airs au dessus des gens qui marchent dans la rue. J’écrirais dans le carnet : « Alors Lisa, quoi de neuf aujourd’hui ? » et dans la TO DO : « Checker si la Cagnotte a augmenté ! »

Merci Anne-Marie pour cet entretien, on se sent bien sur ce site, c’est fou :).


Pour soutenir la campagne Ulule et recevoir ce joli livre chez vous, c’est par ici que ça se passe… Et n’oubliez pas de suivre Lisa sur FacebookInstagram et Twitter.